Il y a quelque chose qui me surprend tous les jours et qui ne cesse de devenir inquiétant : l’augmentation des prix. Ce matin en écoutant le Zapping de La Matinale sur Canal +, une constatation. Dans les premières secondes du zapping il n’y a qu’un mot qui revenait sans cesse : augmentation. Les prix du gaz qui augmentent, le prix du baril de pétrole, la hausse des prix des produits de consommation courante, suppression de la carte famille de la Sncf – synonyme d’augmentation des prix pour tout le monde, car l’entreprise pas philanthrope, va répercuter la suppression de ces aides) … Effarant au réveil d’entendre, en seulement quelques secondes, le bilan des augmentations à venir ou déjà réalisés. Ce n’est plus un cataclysme qui touche la France du pouvoir d’achat, mais une tornade pharaonique. Où va t-on ? A fortiori les salaires et les aides n’augmentent pas.

Comment ces augmentations ont-t-elles pu en arriver à ce stade ? Pourquoi aucunes mesures efficaces de luttes contre les prix ne sont mises en place ? Pourquoi l’état ne reprend pas son rôle de contrôle des prix à la consommation ?

La rationalisation des matières premières ne peut expliquer une telle augmentation. Il y a de l’abus chez les industriels. Un abus dont personne ne semble contrôler…mais qui chaque mois voit nos prix augmenter très fortement. Entre décembre et janvier les prix de certains produits alimentaires ont augmenté de 50% ! Incroyable ! Quelles sont les raisons à tout ceci ? Marque ou marque de distributeur, le combat est le même. Prisonniers de ces augmentations, sans que nous puissions faire quoi que ce soit… Sommes-nous prêts à la guerre ?

Une réponse à “(Prix)sonnier français”
Trackbacks
  1.  
Comments
  1. Sophie dit :

    L’inflation (dont ils nous rabattent tous les oreilles) c’est l’augmentation GENERALISEE des prix or à l’heure actuelle seuls les prix des matières premières (MP agricoles, pétrole, énergie, métaux) augmentent. La faute aux spéculateurs qui, suite à l’explosion (pas encore terminée) de la bulle immobilière qui a suivi la bulle internet, sont en train de créer une nouvelle bulle sur les matières premières. En ce qui concerne plus spécifiquement les MP agricoles, la météo catastrophique a entrainé une baisse dramatique de la production mondiale cet été d’où la crise actuelle…Espérons que l’été 2008 sera plus productif…
    Mais rassure-toi Jérémy : ce phénomène ne devrait être que passager. En tout cas, tant que la BCE ne relève pas ses taux et qu’il n’y a pas d’inflation sur les salaires, c’est qu’il n’y a pas péril en la demeure…

  2.